Connect with us

Vélo électrique: la fausse bonne idée!

vélo de route à asistance électrique - pinarello nytro

En route

Vélo électrique: la fausse bonne idée!

En Danseuse s’inquiète depuis quelques temps de l’augmentation sensible du nombre de vélos électriques. Oui, vous avez bien lu il s’agit bien d’une inquiétude. Pourquoi? Tout simplement parce que loin de constituer une alternative écologiquement acceptable à l’automobile ou au vélomoteur sur les courts et moyens trajets, il semble qu’à l’usage, le vélo électrique ne remplace tout simplement le vélo, que ce soit dans le cadre des trajets quotidiens entre le domicile et le lieu de travail ou même dans le cadre d’une activité de loisir… Triste époque où règne une « dictature de la commodité« , où l’aspect pratique d’un objet l’emporte sur toute autre considération rationnelle.  Oui un vélo électrique c’est pratique, cela permet d’aller d’un point A à un point B aussi vite qu’une voiture sur un trajet urbain, sans se fatiguer, les quelques coups de pédale que l’on aperçoit étant plus un réflexe archaïque qu’une véritable manifestation de l’envie d’avance plus vite encore. Toutefois, ce qui est pratique n’est pas forcément utile et ne répond pas nécessairement à un besoin.

vélo électrique

Le vélo électrique n’est pas bon pour la santé

Bien sûr, une contre-indication médicale à la pratique du vélo, un dénivelé est trop important, un âge avancé, une charge importante peuvent justifier le recours au vélo à assistance électrique. Mais en toute franchise, à part une dose exagérée de fainéantise ou la promotion irresponsable du moindre effort, qu’est-ce qui justifie de se déplacer en vélo électrique lorsque l’on est en bonne santé et que le trajet reste d’une distance raisonnable? Rien! Absolument rien en justifie l’achat d’un VTT électrique, encore moins un VTT à assistance électrique pour enfant comme on en voit de plus en plus! Jamais aucun enfant ou adolescent n’a eu véritablement besoin d’une assistance quelconque pour faire du vélo sur des petits chemins de terre!

Se déplacer à vélo permet de pratiquer une activité physique nécessaire pour s’assurer de rester en bonne santé. D’après la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), on appelle activité physique « tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsable d’une augmentation de la dépense énergétique ». L’OMS recommande d’ailleurs de pratiquer au moins 300 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée par semaine, soit environ 40 minutes de marche active par jour. Faire du vélo à assistance électrique, surtout si on se laisse porter par l’élan de sa batterie, ne peut donc en aucun cas être considéré comme une activité physique, quand bien même on ferait quelques tours de pédales dans le vide. Au contraire, il s’agit d’une nouvelle forme de sédentarité qui contribue au manque général d’activité physique dans les pays développés. Or, toujours selon l’OMS, « la sédentarité est considérée comme le quatrième facteur de risque de décès dans le monde (6%)« .

Le vélo électrique n’est donc pas bon pour la santé. Ou tout du moins, pour être tout à fait honnête, sans être mauvais pour la santé, il n’apporte rien qui puisse l’améliorer. D’un strict point de vue sanitaire, si l’on s’en tient aux propos précédents, le VAE n’apporte donc aucun bénéfice par rapport à la voiture, à la trottinette électrique ou au cyclomoteur.

Le vélo électrique n’est pas bon pour l’environnement

S’il n’est pas bon – sans être mauvais- pour la santé, l’est-il davantage pour l’environnement? Et bien non! Toujours pas! Le VAE n’est pas neutre pour son environnement. Ses conséquences sont certes moindres que celle de l’automobile. Il n’y a aucune émission de particules fines et il n’entraîne pas d’émissions de CO² autres que celle du corps humain.

Toutefois, un VAE consomme de l’électricité issue en grande majorité du nucléaire (70% en 2017) et la batterie est composée, entre autres matériaux, de lithium. Pour le nucléaire, si la production de cette énergie n’émet pas de CO², la liste des défauts est bien connue: risques d’accidents du type Tchernobyl ou Fukushima, absence de solution de traitement des déchets, opacité des sources d’extraction d’uranium… Quant au lithium, il présente également des conséquences environnementales lourdes pour les sites dans lesquels il est produit ou extrait. Pollution des sols et sous-sols, infiltration des nappes phréatiques par des substances toxiques, absence de procédé de recyclage écologiquement acceptable Pour en savoir plus à ce sujet, En Danseuse vous invite à parcourir l’article « Impacts de la production du lithium » sur le site EcoInfo, actualisé par des organismes de recherches liés au CNRS.

Le vélo électrique n’est pas bon pour le pouvoir d’achat

Enfin, troisième élément de critique: le vélo électrique est cher! Franchement! Avez vous vu le prix d’un VAE? Chez Decathlon, les prix varient entre 700 et 1900€ selon les modèles, chez Cyclable, la gamme monte jusqu’à 6200€ pour un VTT électrique tout suspendu! Pour le même prix, imaginez quel vélo sur-mesure on pourrait s’offrir! Il n’y a rien de plus abordable qu’un vélo, qu’il soit neuf (on trouve de bons vélos de route pour moins de 500€) où même d’occasion! Il suffit de faire un tour sur le bon coin ou dans les ressourceries du coin pour savoir qu’en matière de vente de vélo, il n’y a que l’embarras du choix!

Bien sûr, un kilomètre en VAE coûtera bien moins cher qu’un kilomètre en voiture. Mais le coût d’acquisition et de réparation d’un VAE est autrement supérieur à celui d’un vélo normal. Une batterie au lithium pourra offrir les mêmes garanties d’autonomie pendant quatre ou 5 ans. Bosch prévoit une durée de vie de ses batteries de 30 000 kilomètres, soit 3750km par an (un peu plus de 10km par jour) pendant 8 ans. Au delà, elle sera moins efficace, il faudra la recharger plus fréquemment ou tout simplement pédaler plus. Mais qu’en est-il des vélos d’entrée de  gamme, vendue en promo dans les grandes surfaces entre le rayon tables de jardin et le rayon promo charcuterie? D’ailleurs, les batteries de ces VAE sont elles standards? sera-t-il possible d’en changer à ‘avenir alors que la marque n’existera vraissemblablement plus?

Je plains, enfin, les collectivités qui sincèrement, naïvement, ont mis en place des mesures incitatives subventionnant jusqu’à 200€ l’achat d’un VAE, pensant naïvement que cela allait réduire les déplacements automobiles en territoire urbain. Mais ces subventions ont elles vraiment été efficaces pour réduire la part de la circulation automobile? Aucune statistique ne le prouve. Par contre, il y a bien eu un effet d’aubaine: des personnes qui hésitaient à franchir le pas ont été encouragées à acheter un VAE du fait de la possibilité de voir leur achat subventionné. Si autant d’effort était fait pour améliorer l’état des pistes cyclables en ville ou pour augmenter les appuis-vélos…

Continue Reading
Advertisement
You may also like...
35 Comments

35 Comments

  1. NMILI

    11 octobre 2018 at 11 h 12 min

    Absolument pas d’accord avec votre argumentaire, que l’on pourrait reprendre point par point. En avez-vous essayé ? Le VAE demande à pédaler comme un effort juste lissé, on n’est pas dans du cyclomoteur à 0 effort comme vous le décrivez. On fait beaucoup plus de kilomètres et on charge bien plus qu’avec un vélo normal, donc au final, l’effort est plus long et plus régulier, on n’hésite pas à prendre son vélo pour tout trajet, et c’est toujours mieux que prendre la voiture. Vous faites un bilan écologique très noir alors que le VAE ne consomme pas plus qu’une lampe. Pour les batteries, c’est sûr c’est un problème partagé avec tout ce que nous utilisons aujourd’hui (portable, ordinateur, etc.) mais mettre en face celui (bilan écologique) de la voiture serait très parlant sur les proportions..!
    Pour le prix, les vélos spécialisés sont dans des sphères encore supérieures.. Pourquoi opposer le vélo classique et le VAE, ce n’est pas le même usage et les 2 sont complémentaires. Tout ce qui permet les déplacements en solo avec moins d’énergie fossile et plus d’énergie humaine est bon à prendre, d’autant qu’on peut toujours choisir un fournisseur en énergie renouvelable.. (Ou se faire une station de recharge solaire pour les plus investis)

    • razgriz65

      13 octobre 2018 at 15 h 23 min

      « Pour les batteries, c’est sûr c’est un problème partagé avec tout ce que nous utilisons aujourd’hui (portable, ordinateur, etc.) »
      ben pas le velo, justement. il est la le souci, saloper et assister le peu de choses qui e le sont pas encore!

  2. Marc ESCATO

    12 octobre 2018 at 20 h 09 min

    J’aurais pu avoir cette argumentaire péremptoire quand j’étais en catégorie « Juniors » quand je courais et que je gagnais des courses. Là franchement votre démonstration ne « tient pas la route », c’est un avis personnel que vous n’arriverez pas à partager avec celles et ceux qui utilisent des V.A.E. qui grâce à cette invention ont pu sortir de leur canapé pour aller à l’extérieur. Et ça c’est déjà une victoire et une preuve. Je donne aussi mon avis, qui comme le vôtre ne fera pas jurisprudence : j’ai l’impression que vous êtes de mauvaise foi. Mais ce n’est que mon avis…

  3. Mika

    12 octobre 2018 at 23 h 48 min

    Article à charge contre le VAE !! Il est certain que l’auteur de cet article n’a jamais essayé un vttae !! Il ne s’agit pas d’appuyer sur le bouton pour que ça avance mon cher monsieur, non !! L’effort est demandé au cycliste, certes moins qu’un vtt musculaire, mais sans action du muscle le vttae n’avancera pas d’un cm… et comme dit au dessus il a le mérite de faire bouger des personnes qui d’ordinaire ne prendraient pas la peine de faire du vélo !! Quand on ne sait pas de quoi on parle on se tait et on évite de sortir des inepties pareil… cet article est juste le reflet d’une pensée frustrée et d’un esprit étriqué.

    • Eckel

      13 octobre 2018 at 12 h 26 min

      Il est surtout certain que la connerie de cet auteur ne sert à rien
      Sa jalousie de ne pas pourvoir en acheter un est juste l’amantable
      Mais !!!!!

  4. Pirlot Philippe

    13 octobre 2018 at 7 h 27 min

    Je partage entièrement les trois avis précédent. Votre article manque complètement d’objectivité. J’ai découvert le Va-et-vient suite à un problème cardiaque dont la revalidation m’imposait du sport. Habitant une région fort vallonnée (l’ardenne) et alors que je n’avais plus fait de vélo depuis 40ans, le va-et-vient entretien ma forme, me permet de faire mes courses locales sans voiture et me fait découvrir notre merveilleuse région.

  5. Bourgeois

    13 octobre 2018 at 8 h 28 min

    Encore un jaloux qui y viendra un jour. Lorsqu il aura les moyens peut être ! Dommage de critiquer sans se renseigner. Selon plusieures étude a récentes et SERIEUSES le vélo électrique est tout aussi bénéfique à la santé que simple vélo. Pourquoi ? Tout simplement car il est utilisé plus longtemps et plus souvent. D’accord les batteries sont polluantes. Ça je vous l accorde. Pour le reste, un blabla stérile de frustré du guidon

    • razgriz65

      13 octobre 2018 at 15 h 27 min

      quand je ne prends pas mon velo, c est pas un souci de distance, juste un souci de ne pas oser le garer la ou il pourrait se faire dépouiller, chose purement identique donc aux vae, donc argumentaire moisi.

      du reste, combien de vae sont utilisés pour du déplacement « utile » a savoir trajet vers le boulot, les courses, etc ? bref la ou ca remplace une voiture et ou l’assistance se justifie ?
      et combien sont utilisés en mode loisirs ou l’assistance n’est la que pour pallier une fainéantise ? parce que l’argument de l age, de la maladie ou de l’accident il tient rarement , hein: 90% des gens que je vois en vae n’ont aucune contre indication a faire du velo.

      enfin bref, cet article est a charge, mais quand on voit le niveau de bêtise des pro vae en ce moment, ce n’est que la monnaie de la pièce.

  6. Christian FELICITE

    13 octobre 2018 at 9 h 24 min

    Cet article a visiblement été écrit par quelqu’un qui ne pratique pas le VTTAE. Car en ce qui concerne l’effort physique, tous les pratiquants peuvent témoigner qu’il peut être aussi important voire plus qu’avec un VTT « sec ».

    Ou alors, celui qui a écrit cet article fait l’amalgame entre les VAE 250W 25km/h et les speed bike 350W 45 km/h, qui sont considérés par la législation comme des cyclomoteurs.

    En fait, ce qui n’est pas bon ni pour la santé ni pour tout le reste, c’est cet article partial qui nie un phénomène socio-sportif, celui de l’accès aux systèmes hybrides (le VAE en est un) pour les loisirs. Et personne ne pourra arrêter cette progression…

  7. Fabrice Gédon

    13 octobre 2018 at 11 h 16 min

    Cet article est un coup de gueule. En cela il y a nécessairement de la mauvaise foi. Mais au delà de ces propos certes extrêmes il y a quand même une question intéressante qui est posée:
    Pourquoi y a t il besoin d une batterie pour que certains se mettent au sport? Pourquoi la promesse du plein air ne suffit elle pas à faire sortir quelques sedentaires?

  8. Fred

    13 octobre 2018 at 11 h 45 min

    Et bien moi je suis entièrement d’accord avec l’article, pas spécialement a charge contre le VaE, il explique très bien qu’il puisse comprendre ceux qui ont eu une maladie ou problème de santé puisse si engouffrer. Mais les gamins de 14 ans que je croise, c’est nécessaire ? Oui j’ai essayé, et plusieurs fois. On tente de nous vendre ce VAE pas pour les bonnes raisons, la est le problème, quid de la fabrication pour extraire dans les mines la matière première, et le recyclage ?? Ce sera le même problème pour l’automobile !

    • Christian FELICITE

      13 octobre 2018 at 14 h 10 min

      Ah bon ? Cet article n’est pas spécialement à charge contre le VAE ? Il faut être un peu objectif, sinon on se discrédite. Martin tire à boulets rouges sur le VAE ; les commentaires le prouvent, et pas que ceux publiés sur ce site.

      • Martin Péneau

        13 octobre 2018 at 14 h 36 min

        Bien sûr qu’il s’agit d’un article à charge! Je ne m’en cache pas!
        Lorsque le VAE est une alternative à l’automobile, il s agit d un mode de deplacement vertueux.
        Mais il ne s agit pas de son unique usage. La mode tend à remplacer les déplacements à vélo par de la VAE.

        Or, si l on a pas de probleme de santé, ni un dénivelé trop important, ni une chqrge trop lourde à porter ou à tirer, il s agit bien d une utilisation inapropriée d une ressource rare dont l extraction est toxique: le lithium. Materiau que l on ne sait pas encore recycler de maniere optimale.

        • Pas d accord

          14 octobre 2018 at 8 h 01 min

          Dis le mec qui roule avec un gros diesel tout le reste de L année. Certainement seul au volant de son 4×4 qui pollue. Et nous sort des arguments à la con. Oui vous n aimez pas les vélos électriques. On s en tape. Moi je n aime pas les cons en bicyclette qui se croient au tour de France et tiennent toute la route. Bonne journée. Et restez sur la route avec le fil en l air.

        • David

          17 octobre 2018 at 15 h 01 min

          Et juste la notion de plaisir, ça ne vous parle pas.
          Essayez juste à la place de critiquer.
          Et pour info, au risque de vous apprendre une mauvaise nouvelle, les cadres des vélos classiques n’est pas fait en coton bio.
          Bisous bisous

          • Martin Péneau

            17 octobre 2018 at 15 h 25 min

            Une notion vous est inconnue: l’écologie. L’un des trois problèmes que je soulève dans cet article concerne une pollution nouvelle liée à la surconsommation de lithium.
            Reconnaissez au moins ce défaut, certes moindre que la consommation d’énergie fossiles, mais qui existe de manière indéniable.
            Si l on hierarchise les moyens de locomotion selon leur impact écologique, le olus vertueux serait la marche et la course à pied (pieds nus bien sûr).
            Le vélo viendrait ensuite surtout s il est en acier, recyclable à l’infini. Le VAE a lui un impact ecologique plus importznt du fait de sa batterie et de lénergie nécessaire à sa recharge.
            Le plaisir que vous invoquez est il plus important que toute considération écologique?
            Rouler plus vite et plus loin sur batterie justifie t il l utilisation d une ressource polluante?
            Si vous répondez par l’affirmative à cette question , cela prouverait votre indifférence totale à un inrérêt buen supérieur au plaisir: la transmission d un cadre de vie sain pour nos enfants et petits enfants.

            Rassurez vous, enfin, je m’amuse et prends donc du plaisir (en polluant bien moins qu un VAE) sur mon vélo chaque jour quand je traine mes enfants en charette pour les emmener à l’école et quand je vais au travail… sans compter les ballades du week-end garanties 0%nucleaire et 0%thermique

          • Martin Péneau

            17 octobre 2018 at 15 h 30 min

            On ne peut pas prendre de plaisir lors d une activité si l’on est conscient de l’impact négatif que cette activité a sur l’environnement et la société.

  9. FLOo°

    13 octobre 2018 at 14 h 33 min

    Le VAE, c’est comme la machine à laver, la tondeuse électrique et l’aspirateur. Ça ne sert effectivement à rien, sinon qu’à entretenir l’assistanat. Et puis, ça pèse un âne mort. Au de là de l’assistance qui se coupe à 25 km/h, il faut se traîner un vélo de 15 à 20 kg. Rien ne vaut un bon bike en carbone, fabriquée en Asie, grâce aux normes environnementales laxistes, puis importé chez nous par container, en échange de nos déchets plastiques dont on ne sait quoi faire. Du vrai vélo, quoi, comme notre noble tour de France. Des vrais cyclistes qui transpirent, sans aucune assistance, à part celle des voitures thermiques qui portent les pièces de rechange et les potions magiques cachées dans les gourdes 😀

    • razgriz65

      13 octobre 2018 at 15 h 23 min

      parce que ton vae, il est fabriqué par des écolo au fin fond de la creuse ?

      • FLOo°

        13 octobre 2018 at 21 h 59 min

        Pas plus, sinon même moins. Comme ton ordinateur, quoi !! Et alors ??

  10. FLOo°

    13 octobre 2018 at 14 h 45 min

    Le VAE, c’est comme la machine à laver et l’aspirateur, ça ne sert effectivement à rien. Sinon qu’à entretenir l’assistanat. Et puis, ça pèse un âne mort. Passé la limite d’assistance, à 25 km/h, il faut se traîner un vélo de 15 à 25 kgs. Rien ne vaut un bon bike en carbone, fabriquée en Chine, puis importé par container, en échange de nos déchets plastiques, ça au moins, c’est écolo. Du vrai vélo, quoi !! Comme notre noble tour de France. Des vrais cyclistes qui transpirent, sans aucune assistance. A part peut être celles des nombreuses voitures thermiques qui suivent pour transporter les nombreuses pièces d’assistance et les potions magiques cachées dans les gourdes.

  11. pascal baillot

    13 octobre 2018 at 14 h 52 min

    article débile d’une personne qui n’y connais rien ,je roule en specialized lévo turbo ,et bien je m’eclate comme un gosse et je peux te dire que le cardio dans les montées il est pas au repos bien au contraire

    • Martin Péneau

      13 octobre 2018 at 15 h 21 min

      Mais en quoi est ce plus marrant que de faire du vélo dans VAE?

  12. barth

    13 octobre 2018 at 14 h 57 min

    génial, je suis trop d’accord avec quasi tout ce qui est dit.

    personne ne dit que c’est mal d’en faire, mais juste que les arguments marketing sont faux, et on honnêtement pas leur donner tord.

    la majeur parties des VTTaeistes étant d’anciens VTTistes, il est évident que leur nouvelle monture est plus polluante que l’ancienne, c’est un fait.

    pour la question de la santé, par contre, c’est toujours mieux de tourner un peu les jambes que d’accelerer avec sa voiture. mais il est evident que sur un trajet identique le vélo est plus sportif que l’AE.

    quant à eckel, pkoi tjs croire que si on aime vos engins à batterie, c’est juste parce qu’on est jaloux? j’aime pas les quad, les moto, ni les épinards (et pourtant ca je peux en acheter)!!! tocard

  13. Roxy

    13 octobre 2018 at 15 h 07 min

    En plus d’être orienté, vae feignasse, l’article est discriminatoire.
    Vae :vélo pour personne ayant des problèmes de santé,je pense qu’il serait juste de préciser le niveau de handicap pour pouvoir situer l’autorisation de pouvoir utiliser un moteur ou pas auprès du comité de censure de l’éthique musculaire après consultation d’un certificat médical. Obligation de présenter sa carte vitale aux contrôle de du Comité Supérieur, sous peine d’être condamné à des tig.
    Par exemple fournir 24h d’électricité à une famille de 4 personnes en utilisant un générateur branché sur un vélo d’appartement sur lequel le contrevenant purgera sa peine.
    La recharge n’est pas écologique, soit. Mais il vaut mieux tourner 7 fois la langue, dans la bouche de voisine, si elle d’accord, avant de balancer n’importe quoi. J’en veux pour exemple le choixde la photo illustrant l’article. Si on fait un bilan carbone on doit pas être mal en impact sur la planète.
    Enfin et en conclusion. Le programme « Sport et Santé » édité par L’ARS et le ministère de la santé ça vous parle ? C’est pas : « continuez à pratiquer c’est bien » mais c’est la possibilité de capter un public de sédentaire et les motiver à se bouger. Cela fait parti de mes prérogatives et ce genre d’article est un parasite au message que l’on essaye de faire passer et qui est déjà assez compliqué à diffuser.
    Au fait, on fait comment pour les « TMA » (tapis de marche assités)
    Oups j’ai oublié que l’on est chez les intégristes pur et dur du cycle classique et intemporel.
    Je vous laisse, mon vtt nucléaire piaffe d’impatience d’aller polluer la campagne et les ayatollah de la petite reine.

  14. Pierre

    13 octobre 2018 at 18 h 54 min

    Vivant dans un coin exigeant (Monts Toulonnais), je sors mon vttae 10 fois plus que mon vtt enduro, je suis rincé à chaque sortie comme avec mon vtt. Même si je ne suis pas en forme, j’arrive faire des belles sorties et surtout des belles descentes bien techniques.
    Oui, le vttae est plus facile mais on compense par un grand nombre de descentes et de montées difficiles qui sont inaccessibles en vtt et là c’est du sport, je vous l’assure…
    Je peux comprendre votre choix mais pas votre article…

  15. kymco

    13 octobre 2018 at 19 h 28 min

    Je me dis à quoi bon commenter un tel tissu d’annerie ! Un seul mot suffit à justifier le VTTAE dans mon cas : plaisir ! Je me fous des arguments écolos, de savoir si ça plait ou pas aux frustrés et aux empêcheurs de tourner en rond. Je ne suis pas le seul, ici en auvergne, le VTTAE explose les chiffres. Le VAE ne doit pas pour se justifier remplacer l’auto ou quoi que ce soit d’autre pour être écolo responsable, le VAE et VTTAE permet d’accéder au sport plaisir, aux balades plaisirs, au déplacement plaisir…L’avenir est en marche.

  16. Marty

    16 octobre 2018 at 23 h 54 min

    L’article a le mérite de poser les bonnes questions, dommage que cela attire les trolls comme souvent qui déversent leur flot de bile sans chercher à comprendre.
    On peut même avoir un VAE et être d’accord avec l’auteur, comme quoi il n’y a pas une seule vérité. Moi je considère que c’est un sport mécanique et pas d’un mode de déplacement écologique. J’ai équipé un vélo de DH d’un moteur lift mtb pour pouvoir faire du dénivelé positif ce qui était impossible avant. C’est donc un choix motivé par un usage bien précis. Ce qui est dommage maintenant c’est que la plupart des VAE achetés à prix d’or croupissent dans des garages ou des caves au moindre pépin car les gens ne savent réparer au mieux qu’un pneu dégonflé. Ceux qui ont les moyens se payent un velo à 6000 comme on achète une bagnole avec révisions chez le concessionnaire tout ça pour leur petite sortie dominicale hebdomadaire, sans oublier de se vanter du bel effort pour l’environnement grâce à leur investissement. Très relatif d’ailleurs, un VAE ça décote quasiment dans les mêmes proportions qu’une bagnole. Les tout intégrési ne mettent pas en confiance les éventuels acheteurs qui se demandent combien de temps va tenir la batterie qui va leur coûter un bras à remplacer. Dans 10 ans tout aura tellement évolué que ce sera plus simple d’acheter un autre vélo.
    Je ne sais pas si c’est un vrai progrès, sous certains aspects on peut dire que oui. Comme tout progrès , il y a des effets pervers qu’on perçoit en filigrane dans certains commentaires précédents. À un moment j’ai même cru à une querelle d’automobilistes comme on en lisait il y a 20 ans entre les partisans du diesel et les autres.

  17. Elfes

    17 octobre 2018 at 18 h 55 min

    L’argument sur la batterie et celui sur les aspects écologiquement discutables du VAE tiennent la route, on ne peut les balayer d’un revers de la plume. Cependant, considérant l’usage du VAE dans l’environnement urbain, un seul constat encore fait ce matin en me déplaçant avec mon VTTAE plutôt qu’avec ma voiture : le nombre toujours grandissant de VAE pilotés et pédalés par des femmes et le nombre toujours grandissant de vélos bacs (VAE bien sûr, allez-y de gravir nos côtes bruxelloises avec un bac et deux gosses)… Autrement dit, au moment où l’on veut réduire la pression automobile dans les grandes villes, seul le vélo électrique offre une alternative crédible pour le GRAND NOMBRE (oui, ceux qui n’ont pas de douche disponible sur leur lieu de travail ou qui n’ont pas la condition physique de l’auteur de l’article).
    Pour l’apport santé et sport, il n’y a pas non plus photo. Après des années de cyclo et une interruption de 15 ans, je me suis remis au VTT grâce à l’apport de l’électrique. Fréquence cardiaque à 160-170 dans les raidillons (j’ai 63 ans), 85 Km dimanche dernier sur pistes, sentiers, pavés… Et du PLAISIR !!!! Sans le VTTAE, je ne me serais pas remis à pédaler… Surtout quand je suis dans le Sud, Corbières, singles raides, roches, pierriers… Et sur le plat, à 27 ou 28 Km/h je pédale plus fort que sur un musculaire, le moteur freinant sans compter le poids de l’engin…
    Et pour conclure dans le sens de l’auteur : je suis tout à fait contre les speedbike qui ne sont que des cyclomoteurs électriques… Mais qui restent quand même moins directement polluants (gaz et bruit) qu’une moto par exemple.

  18. Pierre

    17 octobre 2018 at 19 h 44 min

    « On ne peut pas prendre de plaisir lors d une activité si l’on est conscient de l’impact négatif que cette activité a sur l’environnement et la société. »

    Avec ce type de raisonnement, on sombre vite dans l’extrémisme: activisme vegan ou autre déviance du même type… Je suis désolé de le dire mais pour moi cet article est franchement débile et limite dangereux, de par l’idéologie « écolo-radicale » qu’il promeut… Quand je prends mon VAE pour aller au boulot ou faire les courses, je laisse au parking mon véhicule habituel, qui consomme un peu plus de 8L de gasole aux 100km. Et habitant en région rurale particulièrement valonnée, mais sans aucun transport collectif, je laisse aux masochistes et/ou aux fanatiques la joie du pédalage non assisté!

    • Martin Péneau

      17 octobre 2018 at 19 h 56 min

      Je suis tellement ecolo radical qu en tant que nantais je defendais le projet de transfert d aeroport. Et j aime la viande, le fromage…
      puisque vous n avez pas compris mon article ou ne viulez pas le comprendre en voici un resumé d une phrase:
      Si le VAE remplace la voiture c est vertueux
      Si le vae remplace le vélo c est une pollution supplementaire qu on doit eviter.
      Poir le reste je vous invite à le relire.
      Au fait a vous lire je vous parais sectaire. Or j’accepte de publier vos commentaires malgré mon opposotion sur le fond de votre discours.
      Y compris les commentaires injurieux de certains de vos collegues montés sur batterie…

  19. Pierre

    17 octobre 2018 at 20 h 19 min

    Martin, j’habite également la région Ouest (mais tout au bout) et j’étais moi aussi partisan de l’aéroport de NDDL… Or, la phrase que je cite est à mon sens en totale contradiction avec cette position apparemment commune! Il se trouve que j’ai fait de la course cycliste dans ma jeunesse (en cadet et junior), avec même quelques résultats assez honorables en compétitions régionales! Je sais donc un peu pédaler, mais 40 ans plus tard je n’aurais jamais repris le vélo sans l’apparition du VAE! Pour le plaisir en version VTT (haut de gamme), mais aussi dans un usage quotidien en version utilitaire… et je confirme que le VAE, c’est du sport!
    Pour le reste, le fait de publier la totalité des commentaires sur un blog comme celui-ci me semble aller de soi: c’est la règle, non? Je n’ai d’ailleurs rien lu de réellement injurieux, mais quand on publie un texte volontairement provocateur et agressif, il faut évidemment s’attendre à quelques réactions un peu virulentes!

  20. Thibault

    21 octobre 2018 at 13 h 03 min

    C’est quoi cet article miteux d’une personne n’aillant aucunement touché à un VAE, confondant le VAE avec un VE (vélo électrique)!!!

    Je suis tombé en dépression pendant 3 ans à ne pas pouvoir garder mon boulot ma copine, mes amis… Je m’en sors petit à petit grâce à un véritable ami qui me soutient et m’a aidé à tenir

    Le VAE serait la solution pour sortir de chez moi, j’ai vraiment envie de faire du vélo pour me bouger mais le vélo musculaire me fait peur, je craint de ne pas avoir la force de tenir physiquement et mentalement (c’est trop dur je crois que je vais laisser tomber).

    Mon père vend des VAE et j’ai pu tester un pliant, un urbain, un vtt. Je peux vous confirmer que le VAE est équipé d’un moteur mais il est gérable via un réglage de puissance/vitesse sur une manette sur le guidon et qui ne fonctionne d’une part qu’en cas d’un minimum d’effort du cycliste mais aussi que quand vous l’allumez !

  21. pol

    25 octobre 2018 at 20 h 27 min

    Des prėjugés et même de la betise qualifie cet article anti ave. Vive la liberté. Bien qu’ utilisateur de géo de course (look 586 et fiant advance) je comprends très bien que certaines personnes ne soient pas fan de l effort intense. Perso je recherche les côtes. Le cyclo sport en fait. J ai toujours fait du sport vélo, vit,marathon trial etc.. un jour j espère avoir la chance de pratiquer Le vae(notamment en montagne). Cela voudra dire que j ai toujours l esprit sport, l esprit de decouverte. Pas d oeillères messieurs. Appréiez la diversité la vie

    • Martin Péneau

      25 octobre 2018 at 23 h 06 min

      Mais là n’est pas la question! Bien sûr que le VAE a son utilité pour remplacer la voiture ou pour offrir une solution lorsqu il y a une charge importante à porter ou tirer, lordque le dénivelé est trop important , ou lorsque l’on a un souci de santé.
      Pour le reste, cela justifie -t-il l utilisation de lithium? Un materiau dont on sait les conditions dans lesquelles il est extrait et dont le recyclage est extremement limité?
      Non!
      Il s agit d écologie. Et si ce mot vous fait peur, préférez lui l expression : « transmission d un monde sain à nos enfants »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

More in En route

Advertisement

Articles populaires

Facebook

Mots-clés

To Top
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE